Warning: mysql_query() expects parameter 2 to be resource, object given in /home/content/31/13058631/html/CPR/wp-content/plugins/wordpress-form-manager/db.php on line 35

Warning: mysql_num_rows() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/content/31/13058631/html/CPR/wp-content/plugins/wordpress-form-manager/db.php on line 732
Congres Panafricain pour le Renouveau » ACTUALITE

Archive for ACTUALITE

LE DR DOUMBIA MAJOR, L’ENFANT DU PEUPLE, RUGIT ET REMET LES VRAIES QUESTIONS QUI INTERESSENT LE PEUPLE SUR LA TABLE DU DEBAT PUBLIC EN CÔTE D’IVOIRE

Pendant que certains ont une rente viagère et un traitement annuel de plusieurs milliards, alors que leur contribution en terme d’effort pour le développement de la nation reste discutable. La commerçante qui se lève à 5 heures du matin chaque jour pour aller chercher des vivres dans la brousse pour faire du commerce sur les marchés, elle n’a pas droit à une allocation de retraite ni droit à se soigner gratuitement par le biais d’une mutuelle santé quand elle est malade. Pourtant c’est le travail de celle-ci et celui des paysans qui nourrit toute la nation.

Au nom de quoi les transporteurs qui sont supposés avoir les mêmes droits sur les richesses nationales que Ouattara ou Bedie et tous les autres citoyens du pays, n’ont pas droit à avoir une allocation de retraite quand ils ont plus de 60 ans et qu’ils ne peuvent plus conduire ? Pourtant ces transporteurs payent des impôts et taxes et contribuent au développement du pays au même titre, ou même mieux que certains dirigeants qui eux volent des deniers publics pour s’enrichir ou s’octroient des salaires pharaoniques immoraux.

Au nom de quoi un ministre de la république peut-il s’octroyer un salaire de 9 millions ou 6 millions dans un pays où le smig est de 60 mille, soit plus de 100 fois le salaire minimum en vigueur ? Ce n’est pas parce qu’une chose est recouverte du sceau de la légalité que cela veut dire qu’elle est juste et morale !
On se soumet à la loi parce qu’elle est juste et non parce que c’est la loi. Il faut une loi d’équité salariale dans notre pays et celle-ci doit établir qu’aucun salaire de la fonction publique ne doit être supérieur à plus de 30 fois le smig en vigueur.

Au nom de quoi les fils et filles du pays qui sont au chômage ou sans emplois se retrouvent sans rien pour vivre et se soigner, dans l’indifférence de nos dirigeants politiques qui s’octroient des salaires pharaoniques avec l’argent du peuple, alors que ces fils du pays qui sont sans emplois, ont les mêmes droits que ces dirigeants sur les richesses du pays ?

Au nom de quoi un jeune qui a du talent et des aptitudes doit-il être freiné dans son désir d’apprendre et de faire des études supérieures à cause des conditions de ressources de ses parents, pendant que d’autres se servent dans les caisses de l’état pour scolariser leurs enfants dans les meilleures écoles pour que ceux-ci reviennent être socialement au-dessus des enfants de parents qui ont des salaires de misère ?

Voici quelques injustices sociales que nous dénonçons et qui font la spécificité du CPR . Vous pouvez retrouver cet argumentaire développé dans nos dernières vidéos disponibles sur notre mur. Ce sont ces questions-là qui ont le mérite de mettre au cœur du débat politique national, des thèmes clef qui doivent redéfinir le contenu du discours circulant dans l’espace public de notre pays.

Ce sont là des choses que nous invitons les nombreux partis politiques traditionnels qui sont sur l’échiquier politique à dénoncer, comme nous le faisons, au lieu de ne parler que de prise de pouvoir, pour faire du » ôtes toi de là que je m’y mette », et reproduire un système qu’ils n’osent même pas critiquer.
Peut-être que leur silence sur ces sujets s’explique par le fait que le sorcier n’aime pas qu’on critique la sorcellerie ! En tous cas, il ne faut pas compter sur lui pour dire du mal de la sorcellerie.

PROPOS DU PRESIDENT DOUMBIA S MAJOR

C’est ce discours de méfiance, qui résulte de l’introduction de l’ethnicité dans le domaine politique par des leaders tribaux, que nous cassons en rassurant les uns et les autres, avec le discours sur la réconciliation nationale et le discours sur la nécessité d’unir les fils de la nation autour de leur condition sociale et non autour des ethnies ou autour de prétendus leaders tribaux qui se servent d’eux pour voler les richesses du pays et les maintenir dans la pauvreté et la misère.

C’est d’ailleurs le seul point de divergence entre mon frère Guillaume Soro et moi. Car je lui reproche de ne pas mener le combat de sa classe sociale d’origine, en servant de bras séculier à une notabilité oisive et à une bourgeoisie de prédateurs locaux, qui se servent de lui comme bras armé pour maintenir le peuple dans la pauvreté et la misère.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, assis et plein air

C’est pourquoi j’ai dit ceci à l’un de ses proches qui a fait la démarche vers moi : « moi je n’ai rien de fondamental contre Guillaume, le jour où il fera la rupture et décidera de rejoindre le combat du peuple contre ces prédateurs locaux, le combat pour la réconciliation et l’unité nationale qui a toujours été le nôtre, ce jour là, je serai même prêt à lui passer le flambeau du combat. Pourvu qu’il soit sincère et qu’il veuille se battre vraiment pour un nouvel ordre politique et économique, pour la redistribution équitable des ressources, pour la réconciliation, pour l’unité nationale et la justice sociale dans notre pays ! « 
C’est dans cette dynamique de réconciliation que j’ai rencontré les gens du FPI et que je suis allé à la Haye rencontrer Blé Goudé. C’est aussi au nom de cette réconciliation que Jean Yves Dibopieu et moi avons partagé un repas ensemble, dans la fraternité le mardi 13 février passé où nous avons lancé en commun un appel à la réconciliation.

Le pays ne peut pas rester dans la méfiance et il faut des gens pour casser cette méfiance. Je suis un casseur de digues et c’est ce travail que je fais contre les digues de la méfiance communautaire et contre le discours d’ethnicité.

propos rapportés par DADA

Hygiène et santé publique : le CPR propose

Un simple récipient plastique peut sauver des vies, qu’attend le ministère pour mettre en oeuvre la décision ?

Un simple récipient de ce type qu’on exige aux vendeurs de pain peut sauver des vies : le pain on ne le lave pas avant de le manger et on ne le réchauffe pas non plus avant de le manger ! Il faut le protéger contre les transmissions manuportée et contre les transmissions par les airs de bactéries et virus .

Les gens qui crachent, toussent, éternuent sur le pain en passant ! Tout ça peut transmettre des maladies !
Ce que nous demandons est simple: prendre la décision d’interdire la vente du pain si le vendeur ne sert pas de récipient protecteur préalablement lavé et désinfecté. Non seulement ce geste qui peut sembler anodin ou banale va prolonger l’espérance de vie de la population , mais ça évite des dépenses de santé aux individus et à L’Etat ! Et comme ça réduira les maladies, cela veut aussi dire que ça permettra le développement puisque les gens auront moins d’arrêts de travail pour cause de maladie.

Quand on est dirigeants et qu’on se soucie de la santé publique et de la vie des gens, ce n’est pas un opposant qu’il faut attendre pour qu’il vienne vous enseigner ou dire ce qu’il y a faire !
Vous devez prendre conscience de vos responsabilités et agir sans qu’on vous le demande !
La simple vue des ces choses devrait entraîner la démission du ministre de la santé et de la salubrité publique.

Dr Doumbia S Major
Président du CPR