Warning: mysql_query() expects parameter 2 to be resource, object given in /home/content/31/13058631/html/CPR/wp-content/plugins/wordpress-form-manager/db.php on line 35

Warning: mysql_num_rows() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/content/31/13058631/html/CPR/wp-content/plugins/wordpress-form-manager/db.php on line 732
Congres Panafricain pour le Renouveau » LES COMMUNIQUES

Archive for LES COMMUNIQUES

Message du Dr Doumbia Major à l’occasion de la fête de l’indépendance

En ce jour spécial qui commémore l’indépendance de notre pays, je voudrais souhaiter bonne fête d’indépendance à tous et à toutes. Je voudrais rappeler aux uns et aux autres que dans ce monde dangereux de concurrence et de prédation, l’indépendance d’un pays n’est jamais un acquis définitif. Il faut la préserver et la consolider activement, en prenant garde à ne point fragiliser l’unité nationale. Il faut faire de la paix, de la réconciliation et de la fraternité, un véritable ingrédient stratégique de protection de nos efforts pour sortir du sous-développement.
Nous devons garder à l’esprit que ce pays n’est la propriété exclusive d’aucun individu ni celle d’aucun parti politique ; sa gestion ne saurait donc se faire en toute quiétude, dans l’exclusion et l’ostracisme qui écarte certains de ses fils et filles qui peuvent être d’un apport au bien-être collectif.
Il n’y a pas de développement possible sans la paix et une volonté commune de réussir et de surmonter les défis qui se posent à une nation. C’est pourquoi je suis triste et profondément choqué face aux dernières attaques de commissariats et de camps militaires qui ont fait plus de 10 morts en l’espace de deux jours. Au delà du choc face à ces crimes, je suis surtout attristé par l’indifférence et la joie à peine voilée de certains de nos compatriotes qui se réjouissent de ces carnages ciblés contre des forces de défense et de sécurité qui, pourtant, n’ont pas d’ethnie ou de parti politique d’appartenance qui soit spécifiés sur leurs tenues. Cette indifférence témoigne d’un malaise profond et d’une très grande division de nos compatriotes. Il faut faire face à ce malaise, avec courage et responsabilité en y apportant des solutions politiques durables. C’est enclore là, une preuve qu’il s’impose à nous, et surtout aux autorités, de l’urgence à donner un coup d’accélération à la réconciliation nationale, par des actes d’apaisement et des actes qui redonneront le sentiment de justice à tous.
En ce qui concerne ces derniers évènements survenus et ceux de Duékoué ou des compatriotes ont été tués et brûlé vifs par une horde de personnes violentes ; nous espérons que les autorités vont mener rapidement les enquêtes et trouver les auteurs et commanditaires de ces attaques abjectes et ces crimes insensées.
je présente toutes mes condoléances aux familles et aux proches de ces victimes de crimes de haine, poison social que nous devons tous combattre, pour une paix durable dans notre pays, seul gage qui puisse nous permettre d’amorcer surement le chemin qui conduit au développement.
Bonne fête d’indépendance à tous !

Le Président du CPR, Dr. Doumbia Major, réagit à la motion du FPI exigeant la libération de Gbagbo : C’est à la fois irresponsable et une injure pour les victimes du FPI

Le FPI, a produit une motion pour demander la libération de Gbagbo, je trouve regrettable que dans cette motion le FPI n’ait pas eu le courage de condamner la haine identitaire sur laquelle s’est appuyé Laurent Gbagbo comme stratégie de conquête et de conservation du pouvoir.

Je trouve regrettable que le FPI n’ait pas eu le courage de condamner les vols, le pillage et l’enrichissement illicite de l’entourage de Gbagbo et lui-même qui partait soigner ses dents au Maroc pendant que les ivoiriens dormaient dans les bidonvilles (sicobois) sans avoir droit aux soins de base.

Je trouve regrettable que le FPI n’ait pas mis à jour dans cette motion, que ce prétendu socialiste est arrivé au pouvoir et que pendant 10 ans il n’a même pas penser à mettre en place un système de sécurité social pour les citoyens ivoiriens pauvres alors qu’il promettait une allocation de retraite pour les paysans pendant qu’il était opposant.

Je trouve regrettable que cette motion ne parle pas de l’inexistence de politique d’emplois en Côte d’ivoire durant tout le temps des 10 ans passés au pouvoir par Gbagbo et qu’en lieu et place de l’égalité des citoyens face aux emplois publics le FPI s’était octroyé 1/3 des places à tous les concours de la fonction publique.

Je regrette la publication de cette motion névrotique d’auto-célébration qui démontre le fait que le FPI n’est pas prêt à faire son aggiornamento et reconnaître ses échecs et sa responsabilité dans la division profonde du pays.

Je regrette la publication de cette preuve d’irresponsabilité de la part du FPI qui n’a pas compris qu’il a provoqué lui-même ce qu’il appelle « attaque » contre son régime, en faisant le choix d’exclure d’autres ivoiriens de leur droit à l’identité nationale et de leur droit à avoir une part des richesses nationales qui, sous le régime Gbagbo, étaient pillées par un clan au pouvoir.

J’estime que cette motion du FPI est une injure pour ces millions d’ivoiriens qui étaient maintenus dans le chômage et la pauvreté pendant que le FPI pillait tranquillement les richesses du pays en s’arrangeant avec ceux qui pillaient la partie septentrionale du pays.

Je trouve que cette motion est une injure à tous ces jeunes que le FPI a manipulé sur la base tribale, pour les pousser à brûler d’autres compatriotes qu’on leur présentait comme n’ayant droit ni à la nationalité ni à jouir des richesses nationales.

Je trouve enfin que cette motion est injures à toutes les victimes du FPI qui ont souffert le martyr de la haine, de la stigmatisation et de l’exclusion.
La seule chose en mon sens que le FPI peut demander c’est une justice équitable pour Gbagbo et non sa libération, car nous savons tous qu’il est présumé coupable d’actes ignobles qu’a vécu notre pays, sans ignorer que lui qui se faisait appeler le « vrai fils du pays », insinuant de ce fait qu’il y avait des faux fils du pays, a une part de responsabilité non négligeable dans l’opération de diffusion de la haine tribale qui a poussé nos compatriotes à s’entre-tuer en se considérant mutuellement comme des sous-hommes.

Nous gardons en mémoire, comme si cela datait d’hier, que pour le FPI il fallait tout simplement « nettoyer » le pays au Baygon et « désinfecter » les listes électorales et le pays.

Le FPI serait fondé à réclamer que tous les auteurs de crimes soient poursuivis, mais nous trouvons injurieux pour les victimes que de demander la libération pure et simple de Gbagbo.

Il est vrai que la déception est grandissante au vu du déploiement de la politique du président Ouattara qui pour l’instant n’a pas mis ses engagements et déclarations publiques en accord avec ses actes, mais ce n’est pas une raison pour le FPI de croire que les échecs éventuels de Ouattara amèneront les ivoiriens à croire que l’alternative c’est Gbagbo. Après tous ces crimes, à défaut d’être suspendu ou dissout, la direction du FPI devrait se faire très discrète.

Chers amis du FPI, détrompez-vous et soyez humbles et ne vous bercez pas d’illusions, car critiquer Ouattara ne veut pas dire qu’on veut du Gbagbo !

Dr. Doumbia S. Major

Président du CPR

Limogeage de Bictogo : Le CPR encourage le Président Ouattara à aller plus loin dans le sens de la moralisation de la gestion des affaires publiques.

Le Président A. Ouattara vient de lancer un signal fort à l’endroit de ses ministres et de la population, en limogeant son ministre de l’intégration Africaine, monsieur Bictogo, cité dans de nombreux cas de malversations financières et de conflits d’intérêts. Cet acte est à la fois à saluer et à encourager, car il s’inscrit dans la droite ligne des engagements de la charte éthique et de déontologie signée par chaque ministre avant sa prise de fonction. Dans la droite ligne de cette moralisation salutaire pour l’image du Président de la république, nous attendons des actions à l’encontre de Mme Anne Ouloto, reconnue coupable de favoritisme et de délit d’initié par l’autorité nationale de régulation des marchés publics en ce qui concerne l’attribution d’un marché dans lequel Le même Adama Bictogo et ses proches sont cités. Nous attendons également un audit en ce qui concerne les 67 milliards utilisés soit disant pour la réhabilitation de l’université, alors que nous savons tous qu’un Amphithéâtre moderne coûte moins de 1, 5 milliards. Nous encourageons le président Ouattara à aller plus loin dans le sens de cette moralisation de la gestion des affaires et ressources publiques.

Dr. Doumbia S. Major

Président du CPR